Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Menu

6ème dimanche du temps ordinaire

« Si tu le veux, tu peux me purifier » (Marc 1, 38)

Jésus le toucha et lui dit : « Je le veux, sois purifié. »  Lèpre, esprit impur, convoitise qui ronge le cœur, c’est bien pour nous guérir que Jésus est sorti du Père, venu à nous. Avons-nous bien conscience du prix payé par Jésus pour dire ce « Je le veux » ? Il découle de la prière de Jésus seul au désert, alors que tout le monde le cherche, de la remise de lui-même au Père en sa passion : « Père, que ta volonté soit faite. » 

 

« Ne dis rien à personne mais va te montrer au prêtre… » Qui l’a guérit ? Est-il vraiment guéri ? Sans doute non, puisqu’il n’écoute pas Jésus et s’en va proclamer ce que Jésus a fait pour lui. Le toucher du Christ qu’une parole accompagne se réexprime pour nous en tous les sacrements de l’Eglise : comment est-ce que je les reçois ? Se traduisent-ils pour moi par une plus grande obéissance à la Parole de Dieu, au sacrifice d’action de grâce de l’Eglise ?

 

Jésus ne pouvait plus entrer en ville, mais restait à l’écart. » Celui qui purifiait est comme devenu impur, celui qui réintègre dans la communauté est comme tenu à l’écart. En cet inversion, nous entrevoyons à la fois le prix à payer par Jésus pour notre guérison : « Il a pris sur lui notre péché, » et le chemin à emprunter pour qu’il gagne le monde : « Imitez-moi, dit Paul, comme j’imite le Christ. » Demandons la grâce d’entrer dans ce chemin.

Père Olivier Teilhard de Chardin

© image Catherine Chion - Prions en Église