Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Menu

5ème dimanche de carême

« Je l’ai glorifié et je le glorifierai encore. » (Jean 12, 28)

« Nous voudrions voir Jésus. » Que veulent-ils voir ? Nous voudrions voir, nous aussi. André et Philippe se sont approchés de Jésus par la médiation de Jean-Baptiste. Et maintenant ce sont eux qui conduisent à Jésus : Philippe, qui appelle André… Philippe qui dira ensuite à Jésus : « Montre-nous le Père, et cela nous suffit. » Mais voir quoi, au fond ? Rien, mais une parole est donnée : on ne peut le voir qu’en donnant sa vie pour ses amis, comme le grain de blé tombé en terre. Et nous entrons dans les sentiments de Jésus.
« Maintenant je suis bouleversé. » Nous voyons son trouble. C’est chose rare. Nous entrons dans sa délibération intérieure : « Dirai-je : Père, délivre-moi de cet heure ? » Mais non, j’ai confiance en toi et dans ma foi, je te pris : « Père, glorifie ton nom ! » Il y a délibération et il y a choix. Choix pour l’obéissance, à l’heure attendue.
« ‘Je l’ai glorifié et je le glorifierai encore’ dit une voix venue du ciel… ‘Ce n’est pas pour moi que cette voix s’est faite entendre, mais pour vous.’ » Pourquoi pour nous ? C’est pour les juifs hellénisés présents à Jérusalem et qui veulent voir Jésus. Ils sont impressionnés par la résurrection de Lazare, le dernier des signes donnés par Jésus. Au moment où Jésus relève un mort et annonce sa puissance de vie, il annonce la nécessité de sa propre mort sur la croix. Lazare va lui coûter la vie, et c’est qu’il sera encore glorifié. Passion, résurrection.

Père Olivier Teilhard de Chardin 

© Photo Gaëtan Évrard Prions en Église  

 

Suite à un incident technique l'homélie n'a pas été enregistrée.Veuillez nous en excuser.